Livre

Qu'est-ce qu'un accident vasculaire cérébral ?

Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) sont des maladies fréquentes et graves. Ils concernent plus de 140 000 nouveaux cas par an en France, soit 1 personne sur 6. Il s’agit de la 1ère cause de handicap acquis chez l’adulte, de la 2ème cause de démence après la maladie d’Alzheimer et de la 3ème cause de mortalité.

La prise en charge, en urgence, dans les premières heures suivant les premiers signes est essentielle. Chaque minute compte car 2 millions de neurones meurent par minute. Toutes les 30 minutes perdues, c’est 20% de risque de mortalité et de handicap supplémentaires.

Deux types d'AVC

  • 80% des AVC sont des AVC ischémiques, nommés aussi infarctus cérébral. Un caillot de sang bouche l’une des artères du cerveau. Cette partie du cerveau n’est alors plus irriguée par le sang et donc plus oxygénée. Un AVC peut conduire au décès.    
  • 20 % des AVC sont hémorragiques. La rupture d’une artère cérébrale provoque un saignement dans le cerveau. Ces AVC sont associés à une mortalité importante. A un an d’une hémorragie cérébrale, on compte seulement 50% de survivants dont la moitié présente des handicaps importants.
  •  Il peut aussi s’agir d’un accident ischémique transitoire (AIT) qui va régresser en quelques minutes et ne pas laisser de séquelle. Un AIT doit faire l’objet d’une prise en charge en urgence et d’un bilan complet pour éviter sa survenue, car il peut être annonciateur d’un AVC (30 % des AVC sont précédés d’un AIT) .

Facteurs de risque responsables de 90% des AVC  

  • L’hypertension artérielle qui contribue à 40% au risque d’AVC
  • Le tabagisme qui triple le risque d’AVC
  • La fibrillation atriale qui multiplie le risque par 4
  • L’obésité abdominale qui contribue à hauteur de 36% à l’AVC
  • Le L’hypercholestérolémie, le diabète, le manque d’activité physique, la consommation d’alcool
  • Les facteurs psychosociaux (stress, dépression, isolement social…)
  • 140 000

    nouveaux cas par an en France

  • 1 AVC

    toutes les 4 minutes

  • 1ère cause

    de mortalité chez la femme

Don par legs

Traitements

L’hospitalisation dans une unité neurovasculaire permet de réduire de 20 % la morbi-mortalité indépendamment des traitements spécifiques comme la thrombolyse ou la thrombectomie pour les infarctus cérébraux

Thrombolyse intraveineuse (ou fibrinolyse).

La thrombolyse est le traitement médicamenteux de référence de l’AVC ischémique pour dissoudre le caillot sanguin obstruant l’artère. Il doit être administré impérativement dans les 4 heures ½ suivant les premiers symptômes de l'AVC. Son efficacité est démontrée : ce traitement intraveineux est facile à mettre en place et ne demande aucun geste technique. Pour 30% des patients, la thrombolyse est efficace, ils guérissent complétement ou présentent des séquelles minimes.

Thrombectomie mécanique.

Ce traitement réalisé par le service de neuroradiologie Interventionnelle est effectué d'emblée en association à la thrombolyse, ou seul si le patient est arrivé à l’hôpital au-delà des 4 heures ½

Hôpital

Prise en charge à l'Hôpital Fondation Rothschild

L'Hôpital Fondation Rothschild est spécialisé dans la prise en charge des accidents vasculaires cérébraux. 

l'Hôpital - Fondation Adolphe de Rothschild présente sa campagne AVC, comment gagner la course contre la montre ? Innovation des traitements et de la recherche.
Le Dr Michael Obadia, neurologue et responsable de l'unité neurovasculaire de l'Hôpital Fondation Rothschild décrit toutes les étapes de prises en charge d'un patient victime d'AVC.
Dès la prise en charge par les pompiers ou les services du SAMU, le médecin tente de déterminer à quelle heure à débuter l'AVC. Plus le patient est pris en charge tôt, plus ses chances de récupération sont importantes.

Prise en charge post-AVC

Cinq étapes sont essentielles :

1. Surveillance aigue en unité de soins intensifs neurovasculaires : le risque de récidive et de dégradation rapide du patient est maximal dans les premiers jours qui suivent l’AVC. Une prise en charge adaptée permet de réduire le risque de complication précoce.

2. Hospitalisation en unité neuro-vasculaire avec réalisation d’un bilan complet recherchant les causes de l’AVC afin d’adapter la prévention secondaire à savoir les traitements qui réduisent le risque de récidives : par exemple, la chirurgie d’une sténose carotidienne, un traitement anticoagulant dans les causes cardio emboliques comme la fibrillation auriculaire, un traitement antiagrégants et statines dans les AVC liés à une plaque de cholestérol, l’équilibre des facteurs de risque cardiovasculaire (par ajout d’un traitement antihypertenseur par exemple…). Passée la phase d’urgence, la prévention secondaire s’enclenche pour réduire le risque de récidive (10% à 5 ans).

3. Évaluation dans les 24h qui suivent l’AVC par un professionnel de la rééducation pour la mise en œuvre des types de rééducation correspondant aux besoins des patients (masseur kinésithérapeute, orthophoniste, ergothérapeute).

4. Suivi post hospitalisation à l’hôpital : en fonction de son handicap évalué par les neurologues et l’équipe de rééducation le patient pourra soit rentrer à domicile, soit être transféré dans un établissement de Soins de Suites et de Réadaptation (SSR) spécialisé en neurologie. 

Ce suivi, en consultation post-AVC et lors d’Ateliers d’Education Thérapeutique du Patient (ETP) est personnalisé en fonction de l’importance des séquelles.  

5. Suivi en établissement de Soins de Suite et de Réadaptation : la rééducation motrice et orthophonique doit être la plus précoce possible pour éviter l'apparition de complications.

Le suivi médical, selon les besoins du patient, peut être proposé au sein de l’Institut de neuropsychologie, neurovision et neurocognition

 

En savoir plus sur le service de neurologie :

Le service de neurologie est un service de neurologie générale et experte qui prend en charge l’ensemble des pathologies du système nerveux central et périphérique.

Ce service est reconnu pour ses expertises en soins et en recherche clinique.

Service de neurologie

Michael Obadia, Hôpital Fondation Rothschild

Différentes études ont démontré l’intérêt d’une prise en charge des AVC en Unité Neurovasculaire (UNV) par une équipe spécialisée. Les patients ont beaucoup moins de complications médicales et un meilleur pronostic.

Chef de service de l'Unité Neurovasculaire

Ressources utiles

  • Communiqué de presse AVC.pdf

    Publication de nouveaux résultats dans LANCET Neurology qui peuvent changer les recommandations internationales

A lire aussi

Site internet de France AVC : Association d'aide aux patients et aux familles de patients victimes d'accidents vasculaires cérébraux

Consultez un spécialiste

Par mail ou par téléphone prenez rendez-vous dans notre hôpital, en secteur 1, sans dépassement d’honoraires

Soutenez nos projets

Nous avons besoin de vous pour changer la vie des patients