Projet BOOSTER : lutter contre l'accident vasculaire cérébral

Publié le 28 octobre 2021

Un projet de recherche inédit et prometteur pour opérer un changement des recommandations mondiales de prise en charge en urgence des AVC.

Contenu

Comment une simple goutte de sang, prélevée et analysée en direct dans le camion du Samu ou des pompiers, pourrait révolutionner le pronostic des patients victimes d’AVC ?

C’est l’objectif d’une étude en cours à l’Hôpital Fondation Adolphe de Rothschild. Elle vise à identifier, pour chaque patient, des marqueurs sanguins déterminant son type d’AVC et son degré de gravité pour, le cas échéant, l’adresser vers un hôpital disposant de plateaux techniques et d’expertises adaptés. Gagner du temps, c’est gagner du cerveau, chaque minute perdue représente la destruction de 2 millions de neurones. Première mondiale, ce projet de recherche est un espoir tangible de changer le paradigme international de la prise en charge en urgence des AVC. La médecine du futur est à nos portes.

Une maladie extrêmement grave, nécessitant une prise en charge experte en urgence

Lauréat, en 2019, d’un Programme d’Investissement d’Avenir le projet BOOSTER piloté par le Pr Mikaël Mazighi cherche à réduire le délai de prise en charge de l’AVC. Aujourd’hui, en France, il faut compter en moyenne 160 minutes avant l’arrivée du patient à l’hôpital, puis 45 minutes jusqu’à la mise en œuvre du traitement.

 

Raccourcir les délais passe par une meilleure information des citoyens sur les signes précurseurs d’AVC, par une présence de services spécialisés (Unité neuro-vasculaire et expertise NRI) sur tout le territoire et, par un diagnostic plus précoce. C’est l’une des composantes de BOOSTER qui consiste à mettre au point et à valider à partir de marqueurs présents dans le sang, un algorithme prédictif du type d’AVC (ischémique ou hémorragique), de la réponse à la thrombolyse et du pronostic.   

Comment ? Une prise de sang effectuée dans le camion du Samu ou des pompiers et analysée en direct grâce à un petit appareil simple d’utilisation. En cas de présence avérée d’un caillot, le patient sera alors dirigé très rapidement vers une structure disposant d’équipements et d’expertises appropriés. « Nous sommes vraiment dans l’émergence de la médecine personnalisée des AVC, avec des parcours patients qui ne seront plus les mêmes en fonction du type d’AVC et de sa gravité », précise le Pr Mazighi, neurologue à l’Hôpital Fondation Rothschild. L’objectif sous-jacent est aussi de réduire « l’embouteillage » aux urgences ou dans les services spécialisés, en évitant l’arrivée de patients dont l’état ne nécessite pas une intervention de haute technicité.

Identifier les résistances aux traitements et développer de nouveaux traitements

 

Au-delà du diagnostic, un autre pan du projet BOOSTER cherche à contrer les résistances aux traitements standards par thrombolyse et thrombectomie, en identifiant, d’une part, de nouvelles cibles biologiques présentes dans les « caillots résistants » pour mieux les dissoudre et, d’autre part, pour développer des cathéters de nouvelle génération afin de capturer les caillots difficiles à retirer avec le matériel actuel. « Avec une simple goutte de sang, nous pourrons demain, définir le degré de résistance du caillot et nous saurons à l’avance quels types de médicaments dispenser et quelles interventions envisager », souligne le Pr Mazighi.  

 

Toutes ces innovations visent in fine à raccourcir les délais et administrer d’entrée de jeu le bon traitement, au bon endroit, au bon patient, avec un impact positif majeur en termes de réduction du nombre de décès et de diminution des handicaps post AVC.


*A propos du programme BOOSTER (Brain clOt persOnalized therapeutic Strategies for sTroke Emergent Reperfusion). Il s’agit d’un programme lauréat en 2019, du programme de Recherche Hospitalo-Universitaire (RHU) en santé du programme d’investissement d’avenir, piloté par le Professeur Mikaël Mazighi et dont l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) est l’établissement coordinateur. Ce programme a 5 ans pour faire émerger une médecine personnalisée des AVC en situation d'urgence avec une dotation publique de 9 871 428€. Le RHU BOOSTER rassemble un consortium transdisciplinaire de 15 partenaires de renommée internationale et aux expertises différentes : 5 laboratoires de recherche expérimentale, 4 équipes de recherche clinique et d'imagerie, 2 universités et 4 partenaires industriels.  https://rhubooster.for.paris/le-rhu-booster/


Contacts Presse

Hôpital Fondation Adolphe de Rothschild    
Emmanuelle Le Roy
Tel : 01 48 03 67 51                          

LJ Communication           
Maryam De Kuyper - Anne-Laure Brisseau 
Tel : 01 45 03 89 94 - 01 45 03 50 36

 

Communiqué de presse projet BOOSTER

A lire aussi

Site Internet du Projet RHU Booster

Actualités liées

Réussite de la 1ère implantation d’une cornée artificielle chez une patiente aveugle

Le Pr Eric Gabison, ophtalmologue à l’Hôpital Fondation Rothschild, a réalisé le mois dernier pour la première fois en Europe, une greffe d’une cornée 100% artificielle

Publié le 26 novembre 2021

Le Dr Pierre Seners, neurologue, reçoit le prix « Jeune chercheur » 2021 de la Fondation Bettencourt Schueller

Félicitations au Dr Pierre Seners, lauréat du prix scientifique de la Fondation Bettencourt Schueller pour son projet « L'accident ischémique cérébral : Prédire pour mieux agir...

Publié le 26 novembre 2021

AVC : une prise de sang pour améliorer la prise en charge

Comment une simple goutte de sang, prélevée et analysée en direct dans le camion du Samu ou des pompiers, pourrait révolutionner le pronostic des patients victimes...

Publié le 29 octobre 2021