L’Hôpital Fondation Adolphe de Rothschild implante le 1er SurgiCube® en France pour les opérations de la cataracte

Publié le 5 mars 2020

Le SurgiCube en ophtalmologie

C’est le 2 mars qu’ont débuté à l’Hôpital Fondation Rothschild les 1ères interventions de la cataracte dans un SurgiCube®. Cette petite unité d’opération flexible et innovante garantit un air propre au niveau de la zone opératoire et permet de raccourcir le circuit du patient, tout en améliorant son confort.

Contenu

L’Hôpital Fondation Rothschild est le 1er établissement dans l’Hexagone à se doter de ce système modulaire innovant.

Le SurgiCube® est un cube opératoire susceptible de remplacer une salle d’opération pour des interventions chirurgicales légères. Il peut être installé de manière simple au sein des établissements.
"Son principe est celui d’une hotte expulsant un flux laminaire, autrement dit un flux qui va souffler sans aucune turbulence, dans une seule direction, ce qui permet d’avoir de l’air pur sur la zone opératoire", explique le Docteur Christophe Panthier, ophtalmologue au sein de l’Hôpital Fondation Rothschild. Ce flux laminaire permanent est en effet dirigé sur la surface d’opération et la table à instruments.
Le SurgiCube® est par conséquent particulièrement bien adapté à la chirurgie ophtalmique qui requiert de l’air propre sur une zone opératoire restreinte.

Pour le patient : une opération plus courte et moins stressante

Une intervention dans un SurgiCube® ne modifie pas les techniques opératoires habituelles des médecins : « il ne s’agit pas d’une innovation chirurgicale mais d’une innovation organisationnelle », souligne le Dr Christophe Panthier.

Pour le patient, l’opération dans un SurgiCube® améliore le confort et diminue l'anxiété liée au bloc opératoire des patients : « le ressenti est très différent : ce n’est plus le patient qui va au bloc opératoire mais le bloc opératoire qui vient au patient », précise l’ophtalmologue. Le geste opératoire est dédramatisé et le patient relaxé.

De fait, il n’a plus besoin de se déshabiller pour se rendre en salle d’opération : une simple sur-blouse est nécessaire, la zone propre ne concernant que le visage lors d’une opération de la cataracte. Son temps de présence à l’hôpital est également réduit : il lui suffit d’arriver une demi-heure avant l’intervention qui ne dure elle-même pas plus de dix minutes. Il peut ainsi quitter l’établissement trente minutes après l’opération.

Un bénéfice médico-économique et une prise en charge de qualité

Plus globalement, "l’utilisation du SurgiCube® améliore la fluidité du parcours en raccourcissant les temps inter-bloc (arrivée et installation du patient, désinfection, etc.). Cela induit la notion d’un circuit court en chirurgie de la cataracte, avec une anesthésie topique pure", détaille le Dr Panthier. L’impact économique est notable et renforcé par le fait que le SurgiCube® est également moins coûteux qu’un bloc opératoire, la préparation de ce dernier nécessitant du temps et des efforts importants. Ce circuit court permet en outre de réaliser un plus grand nombre d’interventions dans le même temps.

Créé et développé aux Pays-Bas au début des années 2000, le SurgiCube® a été validé par les autorités de santé de ce pays où il est utilisé en routine depuis 2006. Il a également été adopté en Belgique et en Espagne. En France, son introduction a eu ainsi lieu le 2 mars 2020 à l’Hôpital Fondation Rothschild, qui sera le premier établissement dans l’Hexagone à se doter de ce système modulaire innovant.

Sa mise en œuvre est réalisée dans le cadre d’une expérimentation autorisée par la HAS (Haute Autorité de Santé), qui concernera dans un premier temps les seules opérations de la cataracte et permettra de vérifier le bon fonctionnement du circuit. Les performances seront également évaluées en termes médico-économiques et de qualité de prise en charge. Elles seront comparées aux résultats obtenus en bloc opératoire classique, sur différents critères : temps passé par les patients à l’hôpital, nombre d’interventions réalisées, complications post-opératoires…

Un système innovant voué à s’étendre à d’autres chirurgies de l’œil

Après validation du rapport bénéfices - risques, le déploiement devrait être effectué en routine et d’autres types de chirurgies ophtalmologiques, sous anesthésie locale pure, pourraient être réalisés avec cet équipement courant 2020.

A terme, 4 SurgiCubes® devraient être installés dans une vaste salle du nouveau bâtiment de l’Hôpital Fondation Rothschild dont l’ouverture est prévue en 2025. "L’objectif est d’avoir des unités opératoires distinctes mais non cloisonnées, facilitant les déplacements du personnel paramédical et du matériel d’un cube à un autre", note le Dr Panthier.

A lire aussi

Chirurgie de la cataracte

Actualités liées

Prévenir la myopie - Pr Ramin Tadayoni

Le Pr Ramin Tadayoni fait le point sur l'épidémie de myopie qui touche la population mondiale.

Publié le 19 octobre 2021

Arrêtons de frotter nos yeux !

Le Dr Damien Gatinel, chef de service ophtalmologie à l’Hôpital Fondation Rothschild met en garde : se frotter les yeux semble un geste banal, mais sa...

Publié le 14 octobre 2021

Journée mondiale de la vue 2021

Dépistage gratuit et sans rendez-vous : Samedi 16 octobre 2021 de 10h à 17h

Publié le 11 octobre 2021