Recruitment

Qu'est-ce que le gliome ?

Le gliome est une tumeur cérébrale qui nait des cellules gliales (cellules de soutien des neurones). Il existe différents types de gliome. Ils peuvent être :

  • bénins (gliome de grade I et II), ils correspondent aux gliomes dits "de bas grade"
  • malins (c’est-à-dire des cancers du cerveau), ce sont des gliomes dits de "haut grade".

Les gliomes de grade II évoluent vers des gliomes malins de haut grade (mais la plupart des gliomes de haut grade ne proviennent pas de gliomes de bas grade), et leurs évolutions sont très différentes selon les grades de la tumeur.

Les signes révélateurs peuvent être nombreux (crise d’épilepsie, céphalées, nausées, déficit neurologique…) et dépendent de la localisation et la taille de la tumeur.

Les principaux outils de diagnostic sont le scanner et l’IRM cérébrale de caractérisation. Dans tous les cas, la confirmation du diagnostic s'effectue par une analyse des cellules tumorales prélevées au cours d’une intervention chirurgicale, selon les cas, une exérèse ou une biopsie de la tumeur.

Treatment

Traitements

Tous les dossiers de patients atteints de gliome sont discutés au cas par cas, en comité pluridisciplinaire, associant la neurochirurgie, la neuroradiologie, la radiothérapie et la neuro-oncologie.

Pour certains gliomes de bas grade et pour la totalité des gliomes de haut grade, l'efficacité de la chirurgie est renforcée par des traitements par radiothérapie et par chimiothérapie. 

Soignant

Déroulé de la chirurgie du gliome

Selon les cas, il peut être proposé une biopsie ou une chirurgie d’exérèse (ablation) de la tumeur. Elles peuvent se réaliser sous anesthésie locale ou générale. L'admission du patient se fait en général le matin ou la veille de l'intervention et une nuit de surveillance est préconisée. 

  • Biopsie de la tumeur. La trajectoire de l'intervention chirurgicale est définie grâce à un système de reconstitutions tridimensionnelles (3D) du crâne, du cerveau et des vaisseaux de la tumeur. A l’aide d’un bras mécanique à guidage optique (ou d’un robot chirurgical), un alignement est fait sur le trajet de la biopsie et une aiguille est insérée jusqu’à la tumeur qui est ensuite prélevée et envoyée au laboratoire. Un contrôle d’imagerie est ensuite réalisé. Il faut 7 à 10 jours pour obtenir les résultats de la biopsie.
  • Exérèse chirurgicale. L’abord chirurgical (ouverture du crâne pour aller jusqu’à la tumeur) se fait, par confort pour le patient, sous anesthésie générale. En se basant sur la planification 3D faite avec l’IRM (neuro-navigation) et une imagerie per-opératoire échographique, le chirurgien repère le chemin le plus pour court pour accéder au gliome. La tumeur est ensuite retirée à l’aide d’un dissecteur ultrasonique. Elle est envoyée pour analyse au laboratoire. Après s’être assuré de l’absence de saignement, la dure-mère est refermée de même que l’os du crâne. 
  • Cette exérèse peut, selon les cas être réalisée en chirurgie éveillée. Le cerveau étant dépourvu de nerfs, il est possible de l’opérer avec seulement une anesthésie locale du crâne et des enveloppes du cerveau (méninges). Cela permet de tester, durant l'intervention, les fonctions du cerveau (langage, mémoire, motricité, vision, cognition sociale…) afin de les préserver au mieux. Ces tests sont réalisés par un neuropsychologue et un anesthésiste qui assistent le patient en continu. Une préparation spécifique à ce type de chirurgie est réalisée en amont.

Un contrôle d’imagerie est ensuite réalisé. Il faut 7 à 10 jours pour obtenir les résultats d'analyse de la tumeur retirée.

Examens

Résultat et effets secondaires possibles

Les résultats dépendent de la nature initiale du gliome. Les tumeurs de grade I sont le plus souvent considérées comme guéries lorsque l’exérèse est complète. Les tumeurs de haut grade ne peuvent être guéries par la chirurgie seule.  

Effets secondaires possibles. Outre les complications pouvant survenir quel que soit le type de chirurgie (infection saignement…), une crise d’épilepsie ou une majoration d’un déficit neurologique peuvent survenir dans les jours suivant l’opération. Dans le cadre des chirurgies éveillées, une aggravation transitoire (pouvant parfois être impressionnante) est attendue et nécessite de la rééducation qui est à chaque fois anticipée avec le patient.