Recruitment

Définition

  • Les tumeurs intradurales sont rares. Ce sont des tumeurs siégeant à l'intérieur de la dure-mère, c’est-à-dire de la méninge. Elles sont divisées en tumeurs de la moelle et tumeur entourant la moelle. La majorité de ces tumeurs est de nature bénigne, mais peut cependant être grave, plus en raison de leur localisation que de leur profil évolutif.
  • Parmi les tumeurs de la moelle, on trouve principalement les astrocytomes et les épendymomes. Parmi celles qui entourent la moelle, on trouve principalement les méningiomes et les neurinomes.
Stéthoscope

Déroulé de la chirurgie des tumeurs intradurales

 

  • La caractéristique commune aux chirurgies intradurales est d'ouvrir la méninge, ce qui entraine une sortie de liquide céphalo-rachidien (LCR). Ce liquide étant régénéré plusieurs fois par jour, son évacuation ne constitue pas un problème pour le patient.
  • Les interventions sont faites sous anesthésie générale par une incision centrée sur la lésion.
  • La suite de l'intervention est réalisée sous microscope opératoire avec des techniques de microchirurgie. Elles permettent un geste d'une précision submillimétrique, précision nécessaire pour séparer la tumeur de la moelle et des nerfs.
  • La surveillance post-opératoire peut se faire en unité de soins continus ou en unité de soins conventionnels selon la localisation de la tumeur et les symptômes neurologiques associés.
  • En raison de l'ouverture de la méninge, le chirurgien peut dans certains cas conseiller au patient de rester alité 24h afin de limiter un risque de fuite de liquide céphalo-rachidien à travers les points de suture.
  • Après environ 5 jours d’hospitalisation, le patient sort, le plus souvent au domicile.
Soignant

Résultats et effets secondaires possibles

  • En fonction des symptômes initiaux, l'objectif est soit l'amélioration des symptômes, soit la stabilisation de l'état neurologique.
  • Il y a 5% de risque statistique de complications chirurgicales, incluant l’infection, l’hématome et – dans de rares cas – des troubles neurologiques des membres inférieurs et des sphincters périnéaux.