Reproduire des cornées humaines grâce à la recherche

Laboratoire de recherche

Située en avant de la pupille et de l’iris, la cornée est le « verre de montre » de l’œil. Elle transmet la lumière au cristallin et à la rétine. C’est une pellicule transparente comme du cristal, la cornée est pourtant de même nature que la peau.

Contenu
Oeil

La greffe de cornée

La cornée peut être le siège de plusieurs maladies d'origines différentes qui ont abimé, perforé ou déformé la cornée :

  • Une infection ou une inflammation de la cornée (herpès, abcès…)
  • Un traumatisme physique comme un coup, ou une brûlure par un produit chimique
  • Une déformation de la cornée qui peut être due à des frottements répétés des yeux ou d’origine génétique (kératocône)
  • Une maladie héréditaire (dystrophies de Cogan ou de Fuchs).

Si la plupart des maladies de la cornée peuvent être traitées par des médicaments ou des interventions chirurgicales, une greffe de cornée peut être nécessaire pour éviter la cécité. Mais, les besoins en greffons de cornée augmentent et les dons de cornée stagnent. Les malades attendent en moyenne entre 3 à 8 mois avant d’obtenir une greffe. Ce délai peut leur faire perdre leur autonomie visuelle. La greffe de cornée ne convient pas à tous les malades, notamment pour les patients atteints d’herpès qui présentent un risque majeur de rejet du greffon. Pourtant leur besoin est crucial car l’herpès cornéen est l’une des premières causes de cécité d’origine cornéenne.

  • 3 à 8

    mois d'attente pour avoir un greffon

  • 1ère

    cause de cécité cornéenne : herpès cornéen

  • 3500

    greffes de cornée/an

Notre besoin pour ce projet

Objectif : Utiliser des technologies de recherche très innovantes, pour créer des cornées humaines et découvrir de nouveaux traitements afin de guérir les maladies de la cornée, sans forcément avoir à recourir à la greffe.

Besoins : 10 000 € pour l'acquisition d'un compteur de cellules automatique Countess FL Invitrogen. Cet appareil apporte de très nombreux avantages en comparaison du comptage manuel tels qu'une augmentation de la précision et de la productivité. Il apporte un confort de travail aux chercheurs.
Le besoin global du laboratoire est de 400 000 €/an, dont une partie provient de la générosité du public et des entreprises

Microscope

En savoir plus sur le projet

Nos travaux de recherche s'articulent autour de 3 axes :

  • Faire face à la pénurie de greffons de cornée : Grâce à des techniques de thérapie cellulaire, nous cherchons à reconstituer les cellules détruites de la cornée du patient. Comment ? En prélevant et en mettant en culture des cellules souches cutanées. Elles sont ensuite modifiées en laboratoire puis réinjectées pour rétablir la transparence de la cornée. Ces travaux sont toujours en phase de recherche, les premiers résultats sont très encourageants.

  • Guérir l'herpès de la cornée : en modifiant génétiquement des greffons cornéens pour que le greffon lui-même « tue » l’herpès, alors que toutes les thérapeutiques actuelles ne visent qu’à l'endormir.

  • Conceptualiser un Organoid-on-Chip pour trouver et/ou tester de nouveaux médicaments. La technologie de rupture, dite d’Organoid-on-Chip, est un modèle artificiel de cornée imitant physiologiquement et génétiquement parfaitement la cornée humaine. Ce modèle de cornée obtenu par une bio-impression 3D permet de tester en laboratoire l’efficacité de nombreux médicaments ou de trouver des cibles pour de nouveaux traitements.

Nous contacter pour en savoir + 

Examens

Légitimité de l'équipe à mener le projet

  • Le laboratoire de recherche dirigé par le Pr Éric Gabison est affilié au département de biothérapies cellulaires et tissulaires de l'hôpital Saint-Louis dirigé par le Pr Jérôme Larghero (AP-HP/ Université de Paris/Inserm). Ce département réalise des cultures de cellules souches, ainsi que la production et la livraison de produits de thérapie cellulaire pour des essais cliniques.
  • Les essais de thérapie génique sont réalisés en collaboration avec le département de recherche dirigé par le Pr Daniel Scherman, unité de technologies chimiques et biologiques pour la santé (UTCBS), Université de Paris - Chimie ParisTech / CNRS UMR8258 - U1022 INSERM.
  • La conceptualisation d’Organoid-On-Chip est réalisée en collaboration avec le Commissariat à l’énergie atomique (CEA).
Pr Gabison et son équipe
Ⓒ Elisabeth Bret | Pr Gabison et son équipe
Pr Gabison et son équipe

Actualités liées

Les échanges de l'ophtalmologie n°2

Le 25 Janvier 2022 à 19h : Conférence digitale en live, organisée par le département d'ophtalmologie de l'Hôpital Fondation Rothschild.

Publié le 20 janvier 2022

Merci Solidarité avec les Soignants

L'association Solidarité avec les Soignants soutient l'Hôpital Fondation Rothschild en offrant du mobilier et du matériel destinés à notre personnel.

Publié le 30 novembre 2021

Réussite de la 1ère implantation d’une cornée artificielle chez une patiente aveugle

Le Pr Eric Gabison, ophtalmologue à l’Hôpital Fondation Rothschild, a réalisé le mois dernier pour la première fois en Europe, une greffe d’une cornée 100% artificielle

Publié le 26 novembre 2021