Lexique

Le segment postérieur de l’oeil :

Toute la partie de l’œil en arrière du cristallin est appelée le segment postérieur. Elle est remplie par un gel, le vitré et contre la paroi (la sclère) se trouve appliquée la rétine puis la choroïde, membrane nourricière de la rétine.

Le vitré

Sa seule fonction après la naissance semble être un rôle de protection du cristallin pour lui éviter son opacification, la cataracte. Quand on est amené à  retirer le vitré, l’apparition ou l’aggravation d’une cataracte est inéluctable après quelques mois ou années.

Sous forme de gel à la naissance, le vitré va progressivement se modifier avec le temps, des condensations se produisant dans la structure, à une vitesse variable selon les patients. En se liquéfiant progressivement, il va finir, au lieu de remplir tout l’œil, par se détacher de la surface de la rétine (décollement postérieur du vitré). Ce phénomène, tout à fait physiologique, est souvent marqué par l’apparition de corps flottants parfois gênants dont l’évolution spontanée habituelle se fait vers la disparition. Au moment où il se détache de la rétine, chez les personnes prédisposées présentant des adhérences anormales entre le vitré et la rétine, il peut provoquer des déchirures de la rétine qui peuvent parfois évoluer vers le décollement de la rétine.

La rétine

C’est le film de l’œil, c'est-à-dire c’est à son niveau que les images sont transformées en signaux électriques qui sont amenés au cerveau par le nerf optique. La périphérie ne comporte que des cellules très sensibles à la lumière (les bâtonnets) mais peu discriminantes. La périphérie de la rétine sert à la perception du champ de vision périphérique, très utile pour se déplacer en évitant les obstacles mais ne permettant pas la lecture. La zone centrale de la rétine (la macula), est moins sensible aux faibles lumières mais c’est là que se fait la discrimination fine des objets permettant la lecture grâce à des cellules spécifiques (les cônes).

La choroïde

C’est donc la membrane nourricière de la rétine, véritable éponge dont l’épaisseur est réglée par la pression intra-oculaire et la pression sanguine des vaisseaux sanguins qu’elle contient. Ces vaisseaux sanguins ont des parois très fragiles, particulièrement chez les myopes forts. Toute rupture vasculaire peut provoquer un hématome choroïdien aux conséquences visuelles variables selon leur localisation.

Retour en haut
Retour en haut de page
Site conçu et réalisé par TILD