ORL Pédiatrique

L’enfant n'est pas un adulte en miniature. En cours de développement et de maturation, nous devons nous adapter à son anatomie, ses aptitudes et à la pathologie qui lui est propre.

ORL PédiatrieCela s’illustre bien dans le domaine de l’audiométrie pédiatrique, qui doit être envisagée et pratiquée de manière tout à fait singulière de l’audiométrie adulte.

En effet, l’examen de l’audition le plus simple et le plus courant est l’audiométrie subjective où le patient signale par la voix ou par un geste lorsqu’il perçoit le son. L’enfant sera capable de la même démarche vers 6-7 ans. Chez le nourrisson ou l’enfant plus jeune, nous devons donc nous adapter à chaque stade du développement et de la maturation des voies auditives et du cortex auditif qui va se poursuivre jusqu'à 7 ans.

L’audiométrie est alors comportementale : l’examinateur va analyser le comportement de l’enfant en réaction à un stimulus sonore, qui peut être chez le nourrisson un simple clignement de paupière ou un arrêt bref de la succion, ou une réaction de surprise avec orientation de la tête vers la source sonore chez l’enfant plus grand.
L’examinateur pourra coupler cette analyse comportementale à une participation de l’enfant en fonction de ses
aptitudes, à des jeux ou à déclencher une récompense telle l’illumination d’une peluche, la mise en route d’un train électrique… c’est ce qu’on appelle le renforcement.

L’otite chez l'enfant

L’enfant présente une pathologie otitique qui lui est propre. 60% des enfants présenteront au moins un épisode d’otite séro-muqueuse (OSM). Ceci est dû à différents facteurs :

  • L’anatomie de la face et de la trompe d’Eustache, reliant l’oreille au nez et permettant l’aération de l’oreille moyenne (cavité située derrière le tympan),
  • la présence de végétations adénoïdes (organes lymphocytaires s’atrophiant à la puberté situés au fond des fosses nasales), 
  • la collectivité des crèches et écoles, et un ensemble d’autres caractéristiques biologiques et environnementaux.

L’otite séro-muqueuse se caractérise par un épanchement liquidien derrière le tympan sans signe d’inflammation
aigue, ce qui la distingue de l’otite moyenne aigue (OMA).

Si la majorité des OSM de l’enfant évolue vers la guérison spontanée, elles peuvent être la source de complications immédiates telles que l’hypoacousie, pouvant alors être responsable d’un retard de langage, de troubles scolaires, ou la surinfection. Mais ces OSM font également le lit des otites chroniques, évolutives et dangereuses de l’adulte tel que le cholestéatome.

L’enfant peut présenter d’autres pathologies propres comme le fibrome naso-pharyngien : tumeur bénigne
vasculaire de l’adolescent. Cette tumeur est révélée par des épistaxis et réalise une véritable « éponge de sang »
dans les fosses nasales. Provenant initialement de la fosse ptérygo-palatine, le fibrome va progressivement
grossir et s’insinuer dans la base du crâne. La collaboration avec le service de NRI est indispensable, car l’exérèse chirurgicale ne peut être réalisée qu’après une embolisation préalable.

Le service d’ORL pédiatrique travaille en collaboration avec les autres services de la Fondation : neurochirurgie
pour les affections de la base du crâne, l’ophtalmologie pour certaines infections du sinus atteignant l’oeil ou
certaines tumeurs. Nous travaillons également en étroite collaboration avec d’autres services d’ORL pédiatrique,
notamment le service de l’hôpital Robert Debré, pour la prise en charge chirurgicale à 4 mains de certaines affections de la base du crâne à la Fondation et vers lequel nous adressons les enfants atteints de surdité profonde, après le bilan, pour la pose d’un implant cochléaire.

L’ORL pédiatrique est devenue au fil des années une véritable sur spécialité au sein de l’Oto-Rhino-Laryngologie.
Existante depuis toujours dans notre service, nous la développons pour continuer d’améliorer la prise en
charge des enfants.

Retour en haut
Retour en haut de page
Site conçu et réalisé par TILD