Ségur de la santé : n’oubliez pas le modèle des hôpitaux privés non lucratifs

  • mardi, 02 juin 2020 08:45

Ce modèle d’hôpitaux solidaires est une vraie chance pour repenser le système hospitalier.

Après le coup d’envoi du Ségur de la santé le 25 mai dernier, l’Hôpital Fondation A. de Rothschild souhaite s’adresser à tous ceux qui réfléchissent à la nouvelle organisation hospitalière : les hôpitaux privés à but non lucratif doivent être un modèle pour l’hôpital de demain !

Ces hôpitaux, appelés également ESPIC, représentent 15% de l’offre hospitalière française. Ils participent pleinement au service public hospitalier, prennent en charge les urgences, accueillent sans aucun reste à charge tous les patients en mobilisant des expertises et des plateaux techniques de pointe. C’est un modèle qui a fait ses preuves, tant au niveau de la qualité des soins, des efforts de recherche que de l’efficience. Décisions rapides grâce à une ligne hiérarchique courte, réinvestissement des bénéfices dans le développement et l’innovation, qualité de vie au travail garantie, hyperspécialisation pour une meilleure prise en charge des patients… Il est d’ailleurs prédominant en Allemagne, pays dans lequel la crise du COVID-19 semble avoir été particulièrement bien gérée.

Alors pourquoi continuer à s’interroger ? Il faut arrêter de fragiliser et de latéraliser les hôpitaux privés non lucratifs ! Tout au contraire, consolidons-les et utilisons-les comme modèle pour refondre le système hospitalier !

Après la crise, repenser l’hôpital…

Nous sortons à peine d’une crise sanitaire et notre système hospitalier a su prouver sa capacité de résilience et d’adaptation même si les tensions ont été extrêmes. La mobilisation a été massive ; les hospitaliers ont remarquablement fait front, tous secteurs confondus, avec sang-froid, courage, professionnalisme, efficacité et inventivité. La digue qu’ils ont élevée jour après jour a réussi à faire face à la marée montante du pic épidémique : aucun malade n’a été abandonné.

Alors que le combat n’est pas achevé, déjà les réflexions se multiplient sur la nécessaire recomposition du système hospitalier français après la crise. Parmi ces réflexions, un certain nombre de voix s’élèvent pour mettre en avant le modèle des établissements privés à but non lucratif. Ces propositions permettent de défendre ses nombreux atouts.

Un système qui fonctionne malgré des contraintes budgétaires plus forte

Les hôpitaux privés non lucratifs font preuve d’une formidable dynamique de développement : ils comptent parmi les hôpitaux les plus reconnus en France, ils attirent parmi les meilleurs spécialistes, ils publient dans des journaux scientifiques prestigieux, ils occupent les premières places des classements hospitaliers annuels. Et ils font tout cela malgré une contrainte budgétaire plus forte que celle qui affecte les hôpitaux publics. Comment l’expliquer ?

Comme l’hôpital public, les hôpitaux solidaires ne sélectionnent ni les patients ni les activités : ces hôpitaux proposent un égal accès aux soins pour tous. Ils jouent un rôle majeur dans la prise en charge des urgences, des greffes, de la psychiatrie de secteur ou encore de la médecine de premier niveau et de prévention.

En pratique, la gestion de nos hôpitaux est assurée par une personne morale de droit privé sans but lucratif, souvent une association, une fondation ou une mutuelle. Dépourvus d’actionnaires, leurs structures réinvestissent tous leurs bénéfices dans le développement et l’innovation.

Leur taille relativement modeste en regard des grands ensembles hospitaliers publics, est probablement l’un des leviers de la réussite de ces maisons. Dotée d’une ligne hiérarchique courte, la gouvernance de ces hôpitaux associe étroitement direction et personnel médical dans les décisions opérationnelles et la destinée des établissements. Des efforts importants sont faits pour garantir la meilleure qualité possible de vie au travail et faciliter au maximum l’exercice professionnel de nos praticiens.

Autre atout notable, du fait de la taille humaine de ces hôpitaux, de la capacité à accueillir tous les publics, mais aussi de leur hyperspécialisation, ils ont su très tôt tisser des alliances territoriales fortes avec d’autres établissements, des centres de santé et des médecins libéraux pour articuler et fluidifier les parcours patients.

C’est ainsi qu’ils sont parvenus, depuis des décennies, en alliant humanisme des prises en charge, expertise médicale et souci des équilibres de gestion, à s’adapter avec plus d’agilité à l’évolution des besoins et des attentes des citoyens et aux ruptures technologiques médicales qui s’annoncent, en apportant le juste soin pour tous, au meilleur coût pour la collectivité. L’essence même du service public.

  • Oui, il faut repenser les modalités d’allocation des moyens donnés aux hôpitaux, au sortir de cette crise est une évidence.
  • Non, l’efficience n’est pas un gros mot et n’est nullement antagoniste avec le service public : elle en garantit tout au contraire la pérennité et l’adaptabilité.
  • Non, il ne faut pas abandonner toute idée de valorisation de l’effort et des mérites (activité réalisée, complexité des cas pris en charge, qualité des soins prodigués…), au profit d’un retour en arrière vers un mécanisme de dotation globale uniforme.

« Améliorons le dispositif de la tarification à l’activité pour prendre davantage en compte la qualité des soins et la coordination des parcours » demande Julien Gottsmann, directeur général de l’Hôpital Fondation Rothschild, « augmentons les tarifs pour financer les investissements d’avenir nécessaires à la santé de nos concitoyens, tout particulièrement dans les domaines de la médecine régénérative et réparatrice, de la médecine personnalisée, de la robotisation chirurgicale et de l’intelligence artificielle en santé ; donnons enfin davantage de moyens aux actions et structures de prévention et de dépistage ; faisons en sorte que les autorisations d’activité soient délivrées sur la base des expertises et des qualifications réelles ; chassons sans merci toutes les règles technocratiques inutiles, notamment en matière de valorisation, facturation et recouvrement des recettes d’activité ; tirons pleinement profit des gains d’efficience permis par l’informatique et le numérique, notamment grâce au déploiement massif du dossier médical partagé et de ses nombreux usages possibles au bénéfice des patients et des professionnels de santé ; poursuivons et amplifions la formidable dynamique partenariale intervenue au décours de cette crise entre établissements de santé, tous secteurs confondus. »

_______________

Situé au cœur du 19ème arrondissement de Paris, l’Hôpital Fondation Adolphe de Rothschild est un hôpital universitaire créé en 1905, spécialisé dans toutes les pathologies de la tête et du cou : ophtalmologie, neurologie, ORL… des adultes et des enfants. Cet hôpital sans but lucratif est un établissement de santé privé d’intérêt collectif (ESPIC). Il propose une prise en charge d’excellence en secteur 1 et assure, chaque année, plus de 400 000 consultations et actes techniques et plus de 45 000 passages aux urgences ophtalmologiques. Disposant de plateaux techniques de dernière génération et d’experts reconnus au niveau mondial, les services de l’Hôpital Fondation Rothschild apparaissent régulièrement en tête des classements des meilleurs hôpitaux français. Assurant le continuum soins, recherche et formation, l’Hôpital Fondation Rothschild pilote plus de 150 études de recherche clinique, publie plus de 200 articles scientifiques par an et forme chaque année près de 700 étudiants. Reconnu d’utilité publique, l’Hôpital Fondation Rothschild est habilité à recevoir des dons et des legs.  

Contacts presse

Télécharger le communiqué

Hôpital Fondation Adolphe de Rothschild    
Emmanuelle Le Roy                 
Tel : 01 48 03 67 51                                
E-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.   

LJ Communication           
Maryam De Kuyper - Anne-Laure Brisseau
Tel : 01 45 03 89 94 - 01 45 03 50 36
E-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Retour en haut
Retour en haut de page
Site conçu et réalisé par TILD