La voix

Alors que les yeux servent à voir, les oreilles essentiellement à entendre (elles participent aussi à l'équilibre), il n'y a pas d'organe spécifiquement dédié à la production de la voix et à l'opposé, tous les organes qui y concourent ont une autre fonction principale !

La voix, c'est de l'air mis en vibration par le larynx essentiellement (pour produire les voyelles) et mis en forme par le pharynx, la langue, les lèvres.

  • L'air est emmagasiné et restitué par les poumons, lesquels servent quand même principalement à respirer et concourent ainsi à l'oxygénation de l'organisme.
  • Le larynx est en fait la porte d'entrée de la trachée qui emmène l'air aux poumons. Comme toute porte elle peut rester ouverte (l'air passe pour la respiration), elle peut se fermer : le larynx trouve là son rôle principal de protection des voies respiratoires en conduisant les aliments vers l’œsophage et non vers la... noyade !
  • Le conduit vocal, partie comprise entre les cordes vocales et la sortie, est responsable de l'articulation de la voix, la transformant en parole. C'est là que se différencient les voyelles, que s'articulent les consonnes. Mais en fait, la langue, le pharynx servent surtout à la déglutition. Les lèvres à ... embrasser ?

L'anatomie du larynx est assez complexe. On la comprend mieux si on considère que son rôle principal est d'ordre sphinctérien. L'épiglotte (au dessus de la "glotte" qui est, par définition, l'espace entre les cordes vocales) est une sorte de couvercle de cafetière qui ferme en haut le larynx. Les cordes vocales ne sont pas des cordes mais des lèvres réunies en avant en formant un V, cachées en partie par les fausses cordes vocales (ou bandes ventriculaires) ce qui fait qu'elles apparaissent à l'examen médical sous la forme d'un ruban nacré. Lors de la phonation, on rapproche les cordes (lèvres) vocales et l'air qui passe à travers va générer un son, la voix, un peu de la même manière que l'on peut siffler avec ses lèvres en soufflant de l'air au travers de celles-ci. Avec la même analogie que le siffleur, en changeant la pression de l'air, en serrant plus ou moins ses lèvres-cordes (vocales), en les étirant plus ou moins, le chanteur va faire vibrer plus ou moins vite ses cordes-lèvres vocales et ainsi générer un son plus ou moins aigu.

Le plus souvent se "casser" la voix consiste à mal utiliser son appareil vocal et à l'abîmer en le maltraitant au cours du cercle vicieux du forçage vocal : plus on force plus on doit forcer ; la fatigabilité s'accroît, l'efficacité vocale décroît. Mais si la voix n'est pas, comme on l'a vu, "que" cordes vocales, de même le lieu premier du forçage vocal est parfois loin du larynx : une mauvaise statique corporelle (mal se tenir) ou une mauvaise gestion de l'air peut être à l'origine de troubles vocaux. Enfin, certains postes de travail (parler beaucoup, air conditionné, ...), certaines habitudes de vie (tabac) compliquent la problématique et ont parfois une action délétère sur la voix. Ailleurs ce sera un problème hormonal (thyroïde), pneumologique (asthme), gynécologique (ménopause), neurologique (maladie de Parkinson, dystonie, dépression), etc.

En raison de leur genèse et de la diversité de leurs causes, les troubles de la voix sont souvent prises en charge dans le cadre d'une consultation de phoniatrie, qui est donc à la fois une hyperspécialité de l'ORL quand elle se consacre à la voix, mais qui déborde aussi parfois de la spécialité en se tournant vers d'autres horizons.

Retour en haut
Retour en haut de page
Site conçu et réalisé par TILD