Cornée

Ou se trouve la Cornée ? Quel est son rôle ?

La cornée est la première lentille transparente de l’œil. Comme un verre de montre, elle recouvre la partie antérieure de l’œil devant l’iris et la pupille. Elle transmet la lumière au cristallin et à la rétine. Contrairement à la plupart des tissus du corps, la cornée doit garder sa transparence, elle ne contient donc aucun vaisseau sanguin pour se nourrir ou se protéger contre l'infection. Au lieu de cela, elle puise son oxygène des larmes et ses nutriments de l'humeur aqueuse qui remplit la chambre antérieure derrière elle.

Quelles pathologies peuvent affecter la cornée ? 

Les maladies de la cornée peuvent avoir de multiples origines : Traumatiques, infectieuses, génétiques, inflammatoires, allergiques ou toxiques. Les troubles de la vision qui en découlent sont liés à des pertes de transparence et/ou à des déformations de la « lentille » cornéenne.

Diminution ou perte de la transparence de la cornée : 

Dans les suites de traumatismes physiques ou chimiques, au cours de maladies héréditaires (dystrophies cornéennes), d’infections ou d’inflammations, la cornée peut perdre sa transparence. Ces opacités peuvent  avoir des retentissements variables sur la fonction visuelle de l’œil atteint. 

Dans les cas les moins sévères, la diminution de la transparence n’est diagnostiquée qu’après un examen chez l’ophtalmologiste au moyen d’un microscope (lampe à fente) ou d’examens plus sophistiqués de la qualité de vision

Dans les cas les plus sévères, la perte de la transparence peut être flagrante et limiter la visibilité de l’iris et de la pupille, donnant un aspect bleuté ou même complètement blanc à l’œil.  La prise en charge thérapeutique de ce type de pathologie dépend de l’importance, de la densité des opacités et de leur épaisseur. 

  • Les lésions en surface qui limitent la vision peuvent être retirées au moyen du LASER EXCIMER. Ce laser prévu pour la cornée est d’une précision extraordinaire ; il permet de sculpter le tissu cornéen au quart de micron près. Il est également utilisé pour le traitement chirurgical de la myopie, de l’hypermétropie et de l’astigmatisme.  
  • Lorsque les opacités sont trop épaisses, ou lorsque toutes les couches de la cornée sont concernées, on peut recourir à une greffe de la cornée. La grande avancée chirurgicale de ces dernières années réside dans le remplacement sélectif des parties malades de la cornée en respectant les parties saines : il s’agit de greffes lamellaires. Cependant, lorsque toute la cornée est pathologique, on réalise des greffes de pleine épaisseur: il s’agit des greffes transfixiantes. 

Irrégularités cornéennes / astigmatisme : 

Un certain nombre de pathologies cornéennes s’accompagnent davantage d’une diminution de la régularité de la  lentille cornéenne que d’une perte de sa transparence.

Lorsque ces anomalies ne sont pas trop sévères (astigmatismes plus ou moins réguliers), elles peuvent être corrigées par des verres correcteurs, des lentilles de contact ou le Laser Excimer. Lorsque ces anomalies sont plus sévères (astigmatismes irréguliers), on peut avoir recours à la prescription de lentilles rigides. 

Si les irrégularités ne concernent  que la partie la plus superficielle de la cornée, le laser Excimer peut être utilisé pour sculpter la cornée et restaurer sa régularité. En cas d’irrégularités plus profondes, ou lorsque celles-ci intéressent des cornées plus fines que la normale, des greffes lamellaires peuvent être proposées. Ces greffes permettent de remplacer la partie pathologique irrégulière en préservant la partie postérieure saine. La réalisation de ces greffes peut être assistée par des découpes plus ou moins profondes au laser Femtoseconde.  Ce laser est utilisé en routine dans la chirurgie de la myopie, de l’hypermétropie et de l’astigmatisme (LASIK). Il peut également être utilisé pour la préparation des cornées greffées.
le Kératocône :

Le Kératocône est une maladie de la cornée qui associe à des degrés divers amincissement et déformation de la lentille cornéenne. Lorsque l’astigmatisme est régulier, celui si peut être corrigé par les moyens habituels : lunettes ou lentilles. Lorsque l’astigmatisme est plus  irrégulier, on a généralement recours à l’utilisation de lentilles rigides

Dans le cas du kératocône, la cornée est généralement plus fine et moins rigide que la normale, ceci favorise sa déformation. Dans les formes évolutives, un certain nombre de traitements sont en évaluation. Certains visent à stabiliser les lésions (Cross-linking), d’autres visent à régulariser la surface de la cornée pour améliorer la vision avec ou sans lentille (anneaux intra-cornéens).  La greffe de cornée entre également dans l’arsenal thérapeutique des kératocônes.  Elle est avant tout lamellaire, car cette pathologie ne touche que très rarement la dernière couche de la cornée. Dans certaines formes très évoluées, une greffe de pleine épaisseur est proposée. Le Kératocône est la pathologie pour laquelle le taux de réussite de ce type de greffe est le plus élevé.

En quoi consiste une greffe de cornée ? Comment sont attribués les greffons ?

La greffe de cornée consiste à remplacer la partie malade de la cornée d’un patient par une cornée saine. Le greffon répond à des critères stricts de qualité et de sécurité. La gestion des prélèvements et les contrôles qualité sont assurés par des Banques de Cornée et l’agence de biomédecine. Les patients sont inscrits sur une liste nationale et le délai d’attente dépend de la pathologie et de son retentissement sur la vision du patient. En pratique, 3 à 6 mois séparent l’inscription du patient de sa greffe.

Dans quelles circonstances peut-on être amené à avoir une greffe de la cornée ?

Pour les pathologies héréditaires: les dystrophies de la cornée relèvent généralement de greffes lamellaires partielles. Les séquelles d’abcès, d’ulcères, de traumatismes physiques ou chimiques, de chirurgies compliquées du segment antérieur de l’œil peuvent également être traitées par greffe de cornée.

Existe-t-il des risques de rejet des greffons ?

La greffe de cornée  est la greffe d’un organe solide la plus réalisée en France et dans le monde. C’est aussi celle qui a le meilleur pronostic. La cornée est un site privilégié  de greffe car elle n’est pas irriguée de vaisseaux sanguins et les cellules qui la constituent n’expriment que très peu les antigènes  responsables des rejets. 

Les traitements immunosuppresseurs se limitent dans la grande majorité des cas à l’utilisation de collyres.  Ces collyres doivent être instillés plusieurs fois par jour pendant de nombreux mois (une année en moyenne). La réussite d’une greffe de cornée dépend à la fois de l’acte chirurgical et du suivi médical post-opératoire qui comprend l’éducation du patient.

Les signes de rejet doivent être enseignés aux patients greffés : gène oculaire,  rougeur, éblouissement à la lumière, puis douleur et baisse d’acuité visuelle. La présence de l’un ou de plusieurs de ces signes conduira le patient à consulter en urgence. La Fondation Rothschild dispose d’urgences ophtalmologiques ouvertes 24 h /24 h et 7 j/7j. Les patients greffés y sont vus en priorité. Dans tous les cas, le traitement antirejet y est réévalué. 
La prise en charge pourra aller de la simple adaptation des collyres anti-rejet, jusqu’à l’hospitalisation dans les formes les plus sévères.

En quoi consiste une greffe de membrane amniotique ?

La membrane amniotique constitue la tunique externe du placenta qui entoure le fœtus. La partie superficielle de cette membrane possède des propriétés favorisant la cicatrisation. Elle diminue l’inflammation, la croissance des vaisseaux sanguins et la fibrose tissulaire. Elle est particulièrement utilisée  dans les suites de brûlures oculaires et les ulcérations de cornée.

Ces greffes ne sont pas rejetées par l’organisme du receveur, elles constituent un traitement de première intention des pathologies sévères de la surface oculaire.

Si vous souhaitez prendre un rendez-vous avec un spécialiste de la cornée cliquez-ici

Retour en haut
Retour en haut de page
Site conçu et réalisé par Tchap SSII