La perforation tympanique

Qu’est-ce qu’une perforation tympanique ?

Une perforation tympanique est un trou ou une déchirure du tympan. Le tympan est une fine membrane qui sépare le conduit auditif externe et l’oreille moyenne.

Le diagnostic de perforation tympanique est fait lors de l’examen clinique de l’oreille, qui s’effectue avec un otoscope, ou des optiques d’oreille ou un microscope otologique.

perfo tympan1

Différents aspects otoscopiques pouvant être visualisés en cas de perforation tympanique (en haut et à gauche : l’aspect d’un tympan normal).

Quelles sont les causes d’une perforation tympanique ?

Les perforations du tympan sont le plus souvent secondaires à une (ou plusieurs) infections de l’oreille ou à un traumatisme :

  • perforation post-otitique : il s’agit d’une des différentes formes cliniques possibles Des otites chroniques. Les otites chroniques sont habituellement secondaires à une ou plusieurs otites aiguës, mais ces otites peuvent parfois passer inaperçues
  • perforation post-traumatique : la perforation peut être secondaire à un traumatisme direct du tympan (par exemple, accident avec un coton-tige) ou à un traumatisme indirect par effet de souffle (par exemple, claque sur l’oreille, déflagration par explosion), ou plus rarement à une brûlure du tympan.

Quelles sont les conséquences d’une perforation tympanique ?

Les perforations tympaniques peuvent s’accompagner d’une baisse d’audition et/ou d’acouphènes et/ou d’écoulement purulent de l’oreille.

La baisse d’audition est d’autant plus importante que la perforation est grande. La baisse d’audition peut être liée à la perforation du tympan mais également à une atteinte des osselets parfois associée. Un audiogramme devra être effectué pour apprécier l’importance de la baisse auditive.

Les acouphènes, c’est à dire la perception de bruits (bourdonnement, sifflement, ...) sont assez fréquents en cas de perforation tympanique. Les acouphènes peuvent être dus à la perforation elle-même, mais également à des lésions associées de l’oreille interne, post-infectieuses ou post-traumatiques. Il est donc difficile de prévoir quelle sera l’évolution des acouphènes après fermeture de la perforation.

L’écoulement de pus par l’oreille ou otorrhée purulente peut survenir à la suite de la pénétration d’eau dans l’oreille, lors d’un rhume ou de façon spontanée. L’otorrhée purulente est une infection aiguë de l’oreille moyenne, qui nécessitera la prescription d’un traitement médical pour assécher l’oreille.

D’autres symptômes sont plus rarement rencontrés : douleurs d’oreille ou otalgies (assez rare en dehors des périodes de surinfection), écoulement de sang par l’oreille ou otorragie, maux de tête, vertiges,etc.

Certains types de perforations tympaniques peuvent s’accompagner d’une migration de peau vers le fond de l’oreille moyenne et entraîner une otite chronique dangereuse appelée cholestéatome. Le cholestéatome peut occasionner de graves complications et imposera le recours à un traitement chirurgical.

Comment traiter une perforation tympanique ?

Tant que le tympan est perforé, il faut prendre un certain nombre de précautions. Il faut, en particulier, éviter toute pénétration d’eau dans l’oreille, source de poussées de surinfection.

Les épisodes d’écoulement d’oreille témoignant le plus souvent d’une surinfection, vont nécessiter la prescription d’un traitement médical adapté (gouttes auriculaires et/ou antibiotiques). Certaines gouttes auriculaires étant toxiques pour l’oreille interne en cas de perforation du tympan, il est conseillé de se conformer à la prescription d’un médecin et d’éviter toute auto-médication.

Les perforations tympaniques récentes, qu’elles soient d’origine infectieuse ou surtout d’origine traumatique, peuvent cicatriser et se refermer spontanément en quelques semaines. Ceci est particulièrement vrai pour la plupart des perforations post-traumatiques (et il est d’ailleurs conseillé, si la perforation n’est pas associée à d’autres dégâts de l’oreille, de patienter au minimum 6 à 12 mois, avant de proposer un traitement chirurgical). Cette cicatrisation peut parfois être accélérée par des soins locaux qui peuvent être effectués par un médecin ORL lors d’une simple consultation (par exemple, irritation des bords de la perforation pour stimuler la cicatrisation). Dans la plupart des cas, une perforation tympanique récente sera donc simplement surveillée pendant quelques semaines ou mois, en attendant une éventuelle cicatrisation spontanée.

Lorsque la perforation tympanique persiste, ou lorsqu’elle peut se compliquer d’un cholestéatome, ou lorsqu’elle s’associe à d’autres lésions de l’oreille, un traitement chirurgical pourra être réalisé pour fermer la membrane tympanique. Le (ou les) bénéfice(s) que peut apporter l’intervention seront exposés par le chirurgien ORL et peuvent être de plusieurs ordres : éviter le risque de surinfection, permettre la pénétration d’eau dans l’oreille (afin d’autoriser la pratique d’activités aquatiques), améliorer l’audition, diminuer les acouphènes, prévenir la survenue d’un cholestéatome. Bien que très rare, les risques de l’intervention chirurgicale seront également expliqués par le chirurgien. L’opération, appelée tympanoplastie (ou myringoplastie), est habituellement effectuée sous anesthésie générale à l’occasion d’une courte hospitalisation. L’intervention consiste, après avoir soulevé le tympan, à placer à sa face profonde, pour fermer la perforation, une greffe de tissu conjonctif ou de cartilage (appartenant au patient et prélevée au niveau de l’oreille ou à proximité). Pour réaliser cette tympanoplastie, le chirurgien travaille sous microscope opératoire.

Perforation tympanique gauche et aspect postopératoire, quelques mois après une tympanoplastie par greffon cartilagineux

Perforation tympanique gauche et aspect postopératoire, quelques mois après une tympanoplastie par greffon cartilagineux

Retour en haut
Retour en haut de page
Site conçu et réalisé par TILD