Tumeur de l’hypophyse : Une 1ère mondiale déployée par la Fondation A. de Rothschild en partenariat avec l’Hôpital Européen Georges Pompidou

  • vendredi, 30 décembre 2016 00:00
Tumeur de l’hypophyse : Une 1ère mondiale déployée par la Fondation A. de Rothschild en partenariat avec l’Hôpital Européen Georges Pompidou

Le Dr Dorian Chauvet, neurochirurgien à la Fondation A. de Rothschild, a réalisé des travaux de recherche robotique, en partenariat avec le Pr Stéphane Hans, chirurgien ORL à l’Hôpital Européen Georges Pompidou. Ces travaux ont défini une nouvelle voie d’abord des tumeurs de l’hypophyse, transorale, assistée par le robot Da Vinci ® (Intuitive Surgical, Sunnyvale, CA, USA). Il s’agit d’une technique innovante et mini-invasive dont six premiers patients ont déjà pu bénéficier.

 Cette technique propose un abord direct transoral mini-invasif, qui évite les désagréments rhinologiques liés à l’approche transnasale conventionnelle (méchage post-opératoire prolongé, lavages de nez répétés, rhinite crouteuse, épistaxis, synéchies, etc). Ainsi pour les patients, un meilleur confort post-opératoire est envisagé.

Cette chirurgie s’appuie sur l’utilisation du robot Da Vinci ® d’Intuitive Surgical qui se compose d’une station robotique avec trois bras articulés au bout desquels sont fixés des instruments mobiles sur 360°, d’une console de commande à distance où le chirurgien est assis avec une vision du champ opératoire en 3D et d’une colonne vidéo à la tête du patient retransmettant les images au 2ème chirurgien.  

Pathologies concernées

A l’heure actuelle, cette technique concerne les tumeurs de la région hypophysaire. Cependant, certains critères anatomiques et radiologiques sont nécessaires pour envisager cette chirurgie. Ainsi l’étude présentée s’intègre dans un protocole de recherche biomédicale validé et intitulé ROBOPHYSE (cliquez ici). Pour rappel, la glande hypophysaire se situe sous le cerveau, juste au-dessus de la réunion des nerfs optiques (région appelée base du crâne) et commande de nombreuses fonctions hormonales de l’organisme.  

Déroulement de l’intervention et suivi post-opératoire

L’indication opératoire est posée en consultation de Neurochirurgie à la Fondation A. de Rothschild puis l’acte chirurgical est effectué à l’Hôpital Européen Georges Pompidou. L’opération nécessite la présence de deux chirurgiens. Ses temps forts se décomposent ainsi :

  • L’abord muqueux de l’os sphénoïde (qui contient la tumeur hypophysaire) se fait directement en commandant les instruments du robot dans la cavité buccale.
  • Le fraisage de cet os sphénoïde est réalisé par le neurochirurgien, à la tête du patient.
  • L’enveloppe du cerveau (dure-mère) est ouverte avec précision à l’aide du Laser CO2 fibre souple, commandée par le robot. Ceci permet l’accès à la lésion, qui est retirée.
  • Pendant toute la durée de la chirurgie, la visualisation du foyer opératoire est excellente, en 3D grâce au vidéo-endoscope du robot

Le suivi post-opératoire se fait dans le respect des règles habituelles de surveillance des patients opérés d’adénomes hypophysaires, d’abord en salle de réveil de l’Hôpital Européen Georges Pompidou, puis dans le service de Neurochirurgie de la Fondation A. de Rothschild pour une durée de 7 jours. Le patient est ensuite revu en consultation par le Dr Dorian Chauvet.

Bénéfices de cette innovation chirurgicale

L’abord transoral permet un accès direct à la région hypophysaire, de façon mini-invasive. Ainsi pour les patients, il n’y a plus les désagréments rhinologiques post-opératoires habituels des voies transnasales. Ceci a été confirmé chez les six premiers patients opérés. De plus les suites locales de la voie transorale ont été simples.

En effet, la chirurgie conventionnelle des tumeurs hypophysaires emprunte une voie d’abord par les fosses nasales, qui constituent un corridor étroit et profond. Certaines structures anatomiques sont parfois réséquées ou refoulées pour accéder à la base du crâne. Par conséquent, les patients sont méchés en post-opératoire et doivent effectuer des lavages de nez répétés. Plus invalidant, les abords transnasaux peuvent entrainer des rhinites crouteuses (responsables d’odeurs nauséabondes) et des sensations d’encombrement nasal séquellaires.

De plus, l’axe de travail pour opérer la tumeur est modifié. Dans les techniques standards, la lésion est approchée d’avant en arrière, alors que l’abord transoral permet d’atteindre la tumeur de bas en haut, ce qui correspond à la direction de croissance spontanée des adénomes hypophysaires.

Ainsi une instrumentation robotique dédiée pourrait permettre de retirer certaines tumeurs hypophysaires plus volumineuses.

Pour le chirurgien qui contrôle le robot Da Vinci, cette technologie permet une démultiplication des gestes et une meilleure précision de dissection. De plus le risque de tremblement physiologique de l’opérateur est aboli. Par ailleurs, la visualisation du foyer opératoire est un enjeu crucial. Dans la chirurgie conventionnelle, la vision endoscopique se fait en deux dimensions avec un discret inconfort d’appréciation des perspectives du champ opératoire. L’utilisation du robot Da Vinci offre au contraire une vision en 3D permettant une excellente visualisation du foyer opératoire et une très bonne appréciation des reliefs de ce dernier.

Tous ces éléments concordent en un confort d’exercice du chirurgien, mais surtout en une meilleure sécurité de son geste, favorable in fine au patient. 

Cette nouvelle approche chirurgicale fait l’objet d’une publication parue dans une revue américaine internationale Journal of Neurosurgery. De plus, le Dr Dorian Chauvet s’est vu récompensé pour ce travail :

  • du prix « Chirurgie Mini-invasive ou Endoscopique Interventionnelle 2016 », décerné par l’Académie de Chirurgie le 9 décembre dernier
  • du Trophée de l’Innovation, décerné par la FEHAP (Fédération des Etablissements Hospitaliers et d'Assistance Privés) le 14 décembre dernier à l’occasion de son 41ème congrès.

Télécharez l'intégralité du communiqué de presse

Retour en haut
Retour en haut de page
Site conçu et réalisé par TILD