[COMMUNIQUÉ DE PRESSE] Filière Glaucome à la Fondation Rothschild : une expertise pluridisciplinaire, graduée et personnalisée des malades en alliance avec l’ophtalmologiste traitant

  • jeudi, 14 mars 2019 13:58
[COMMUNIQUÉ DE PRESSE] Filière Glaucome à la Fondation Rothschild : une expertise pluridisciplinaire, graduée et personnalisée  des malades en alliance avec l’ophtalmologiste traitant

source image www.leglaucome.fr

Le glaucome est une pathologie de l’œil qui peut rendre aveugle : c’est la deuxième cause de cécité dans le monde. En France, elle concernerait 1 à 2% de la population, chiffre probablement sous-évalué car au stade précoce, les patients n’ont pas de symptômes. En créant en 2017 un parcours de soin spécifique au glaucome, la Fondation Rothschild s’est positionnée en centre de recours du Nord-Parisien et s’est organisée pour proposer aux ophtalmologistes traitants une prise en charge rapide et experte de leurs patients.

Les atouts de cette organisation : une équipe pluridisciplinaire composée d’ophtalmologues experts du diagnostic et de la chirurgie du glaucome, d’une étroite coopération avec les orthoptistes, d’un plateau technique de pointe et de l’appui de l’équipe du département des neurosciences en cas de doute sur une autre pathologie du nerf optique. Leur objectif commun : tout mettre en œuvre pour préserver la vision du malade en lui proposant le bon traitement, au bon moment. Avec plus de 6 000 consultations spécialisées et 580 chirurgies par an, la Fondation Rothschild est l’un des experts franciliens du glaucome.

MAILLAGE TERRITORIAL GRADUE AUTOUR DES BESOINS DU PATIENT

Pour le glaucome, le recours à l’hôpital se justifie pour les cas complexes. Tous les ophtalmologues ont l’habitude et l’équipement nécessaires pour poser le diagnostic et initier les traitements de première intention. Il s’agit souvent d’un traitement médical par collyre, quotidien et à vie. Dans certains cas, un traitement par laser peut être envisagé d’emblée. Dans tous les cas, ce traitement doit être accompagné d’un suivi régulier pour évaluer la stabilité de la maladie et qui doit comprendre un examen du champ visuel, un OCT du nerf optique et de la rétine, et d’un examen clinique avec prise de la pression intraoculaire.

Une prise en charge à l’hôpital permet de lever un doute diagnostique, quand le médecin traitant hésite entre un glaucome ou une autre maladie du nerf optique. C’est précisément ce type d’expertises qu’apporte la Fondation Rothschild. Elle regroupe en son sein, tous les médecins-spécialistes des maladies qui altèrent le nerf optique (maladies inflammatoires, maladies héréditaires du nerf optique, compression du nerf par une tumeur, infarctus du nerf optique, atteinte toxique, …).

Par ailleurs, quand les traitements de première intention ont échoué ou ne sont plus adaptés à l’évolution de la maladie, de nombreuses options chirurgicales peuvent être proposées à la Fondation Rothschild. « Quand un ophtalmologue de ville nous contacte, nous sommes en capacité, grâce à notre organisation avec un parcours de soin spécifique au glaucome, de donner à leur patient un RV de consultation rapidement en fonction de la gravité de la situation et de programmer rapidement une chirurgie après la consultation si elle s’avère nécessaire.

Puis, une fois la pathologie du patient stabilisée, nous remettons le patient  entre les mains de son ophtalmologiste traitant avec lequel nous restons toujours en lien », précise le Dr Cédric Lamirel, ophtalmologiste spécialisé dans toutes les pathologies du nerf optique.

HYPER-EXPERTISE POUR PROPOSER LA BONNE CHIRURGIE POUR LE BON PATIENT

La chirurgie ne supprime pas le glaucome, elle le soigne en évitant qu’il ne se dégrade. Les deux chirurgies de référence pour le glaucome sont une chirurgie perforante, la trabéculectomie et une chirurgie non perforante, la sclérectomie profonde. Ce sont des interventions qui demandent un important niveau de technicité et un suivi post-opératoire très rapproché [cf vidéo du Dr Laloum, chirurgien ophtalmologiste spécialisé dans le glaucome  https://www.glaucomes.fr/traitement/chirurgie/video/]

« Nous avons une compétence importante de la chirurgie des glaucomes extrêmement complexes, pour des patients ayant déjà été opérés plusieurs fois ou présentant des pathologies multiples de l’œil » souligne le Dr Minh Hanh Duong, chirurgien ophtalmologiste spécialisée dans le glaucome.

A côté de ces chirurgies lourdes, se sont récemment développées des chirurgies mini-invasives comme l’implant Xen et l’IStent. « La Fondation Rothschild est le 2e hôpital français après le CHU de Dijon à avoir proposé l’Implant Xen®. Il est indiqué pour des glaucomes débutants car il présente moins de risque. Cette opération peu invasive et rapide permet aux patients de reprendre leur vie sociale quasiment dès le lendemain. Toutefois, même si nous n’avons qu’un recul de 2 ans, l’efficacité est pour l’heure démontrée et les résultats de suivi sont plus qu’encourageants » Indique le Dr Alice Grise-Dulac, chirurgien ophtalmologiste spécialisée dans le glaucome.

Une autre possibilité, particulièrement indiquée dans le cadre d’une chirurgie du glaucome combinée avec celle de la cataracte est l’iStent®. « Il s’agit d’un implant de drainage anti-glaucomateux qui permet grâce à la pose d’un stent de rétablir le drainage de l’humeur aqueuse. En moins de 2 ans, plus d’une cinquantaine de patients ont déjà pu bénéficier de cette intervention innovante, ce qui a permis d’alléger leur traitement médical » précise Dr Benjamin Penaud, chirurgien ophtalmologiste spécialisé dans le glaucome.

TRAVAIL DE RECHERCHE ORGANISATIONNELLE POUR AMELIORER LE SUIVI CHRONIQUE DES MALADES

Un programme de recherche en organisation des parcours patients est en cours et en collaboration avec l’hôpital Ambroise Paré, le CHU d’Angers et le CHU de Grenoble. Financé par la DGOS, ce projet vise à évaluer la pertinence clinique de combiner le suivi habituel par l’ophtalmologiste traitant avec un suivi et une éducation thérapeutique des patients par des orthoptistes spécialement formés au glaucome.  

Toujours, en droite ligne avec cet objectif d’améliorer le suivi des malades, la Fondation a créé en 2018 une cohorte qui réunit à ce jour près de 300 patients « à risque », à savoir que l’on ne peut pas encore les ré-adresser à leur médecin ophtalmologiste de ville car leur pathologie n’est pas encore complétement stabilisée. Ils bénéficient d’un suivi plus intensif pendant 2 à 3 ans pour savoir si leur traitement actuel est suffisant ou s’il faut recourir à une chirurgie du glaucome.

 

Consultez le communiqué de presse en ligne : 

Filière Glaucome à la Fondation Rothschild : une expertise pluridisciplinaire, graduée et personnalisée des malades en alliance avec l’ophtalmologiste traitant

Plus dans cette catégorie :

Retour en haut

Recherche :

Retour en haut de page
Site conçu et réalisé par TILD